Mercredi 1 avril 3 01 /04 /Avr 10:59
IL EST ÉCRIT, dans le livre de l'Exode: « Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre ». (Exode 20.4 et Lévitique 26.1) Cela fait dire à beaucoup que TOUTES les statues chez les catholiques sont des idoles. Cependant...


CEPENDANT:

1. Ne tirons pas ce texte de son contexte. Dieu réprouve ici le culte idolâtrique rendu à d'autres dieux et aux idoles païennes, ainsi que l'indique le verset précédent: « Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face. » (Ex 20.3). Ce culte s'exerçait traditionnellement sur des statues ou idoles. D'où encore la suite du verset cité: « ...tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point. » (Ex 20.5 ; Lév 26.1 )

Ce que Dieu interdit, CE NE SONT PAS TOUTES LES STATUES, mais celles qui font l'objet d'un culte idolâtrique. Dieu condamne le culte idolâtrique, qui consiste à adorer, vénérer ou invoquer un objet ou une créature comme sacré et doué d'un quelconque pouvoir (voir Isaïe 44.17). Ainsi en était-il des idoles égyptiennes et du veau d'or (Ex 32). Et ainsi en est-il des grigris et fétiches !
 

2. MAIS DIEU N'INTERDIT PAS TOUTES LES STATUES.


La preuve : dans la même Bible, il prescrit certaines représentations ou statues. Ainsi les deux chérubins (= anges) en or sur l'arche d'alliance (Ex 25.18-20) ou le serpent d'airain au désert (Nombres 21 : Les Israélites devaient même regarder celui-ci - et non l'adorer! -pour être sauvés de la morsure des serpents; cette effigie de serpent était la préfiguration du Christ crucifié qui sauve du péché: cf. Jn 3.14.)

Ces statues sont prescrites par Dieu, et elles ne sont évidemment pas des idoles à adorer. Elles sont prescrites comme des SIGNES de la présence protectrice et salvatrice de Dieu, destinés à éveiller la. foi et la confiance des Israélites.

Dieu n'est pas avare de signes. Ainsi dans les Actes des Apôtres: « Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu'on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient. touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. » (Ac 19.11-12)3 En regard de ce texte, on sera donc plus modéré avant de dénoncer les reliques des saints - quoiqu'il y eut parfois abus à leur égard.
 

CONCLUSION

Dans l'Église catholique, il en va exactement comme dans la Bible : les statues ou images sont seulement des SIGNES ou symboles pour notre foi. Elles ne font l'objet d'aucune adoration. Il est ABSURDE de prétendre que les catholiques les adorent comme le feraient de vulgaires païens primitifs! Cela démontre une complète méconnaissance. de la foi catholique - .et des passages bibliques où Dieu prescrit certaines représentations ou statues.
 

POUR MIEUX COMPRENDRE

Les statues religieuses sont comme la photo d'une personne qui nous est chère. Ce n'est pas la photo elle-même (du vulgaire papier!) que nous aimons et respectons, mais la PERSONNE qu'elle représente. Cela reste vrai même si nous honorons la photo par un beau cadre. Qui serait assez fou pour confondre la personne et son image !?


IMAGES UTILES


Dans les premiers siècles du christianisme, les sculptures ou peintures chrétiennes servaient à la catéchèse en images pour un peuple illettré, de la même manière que nous avons aujourd'hui des bandes dessinées chrétiennes.

Cela entre dans la logique de l'Incarnation : Dieu a voulu se manifester dans notre chair humaine par son Image, le Christ (Jn 14.9 ; Col 1.15 ; Hb 1.2-3 ; 1 Jn 1.1-3). C'est donc tout naturellement et spontanément que les chrétiens ont représenté leur Sauveur tel qu'il s'était présenté à eux.

Ces représentations religieuses concernent d'abord le Christ, "I'IMAGE de Dieu" (Col 1.15).les saintes images représentent ensuite ceux que Dieu nous donne en exemple comme grands témoins de la foi (cf. Hb 11), comme "lumière du monde" (Mt 5.14- 16).

En vénérant une image sainte, le croyant « vénère en elle la personne qui y est dépeinte. » Voir le Catéchisme de l'Eglise catholique n° 477.


POURQUOI 2 POIDS 2 MESURES EN MATIÈRE DE SYMBOLES ?


L'on accepte bien les statues dans nos villes. L'on trouve normal d'exposer chez soi ou dans nos bureaux le portrait du président, ou nos photos de famille. On fait des images pour des blogs, et on passe des heures à contempler le portrait de sa petite amie, ou de sa mère bien-aimée. Alors pourquoi s'offusquer des statues ou images représentant le Christ, la Vierge ou un autre saint chez les catholiques, qui font ainsi mémoire de leur Seigneur et de leur famille spirituelle ?

L'on accepte les insignes, uniformes, et drapeaux qui manifestent l'appartenance à un corps ou un pays; et on les respecte et les salue (salut au drapeau). Alors pourquoi dénigrer et taxer d'idolâtrie les symboles religieux et le respect que leur portent les catholiques ?
Si on veut prendre la Bible à la lettre, il faut alors TOUT condamner .
(Ce que font les Témoins de Jéhovah.) Mais si l'on accepte les symboles civils, pourquoi rejeter les symboles religieux en les qualifiant d'idoles ?
Apprenons à distinguer entre symbole (acceptable) et idole (à rejeter).
 

MAIS que dire de l’esprit magique et fétichiste trop fréquent dans la piété populaire autour des statues, des images, des chapelets, des médailles, des bagues, de l’eau bénite, de l’encens, des huiles, des bougies, des recueils de prières traditionnelles.... ?

Certes, ces objets ne sont pas à réprouver en eux-mêmes – dans la mesure du moins d’un usage sobre et d’une foi vraiment évangélique.

Hélas ! L’attachement excessif qu’on leur porte trop souvent n’est pas pur de tout et de toute superstition !


?
Quand on voit le culte parfois douteux au quasi superstitieux dont sont l’objet des statues de Marie (... plus rarement des statues de Jésus !), comment s’étonner alors que certains crient à l’idolâtrie ! ?


?
Quand on voit tant de fidèles se ruer sur les médailles ou les bagues pour les acheter à prix d’or, ...alors que pour l’indispensable littérature chrétienne, « on n’a pas l’argent », « ça coûte trop cher », « ça devrait être njoh (gratuit) »....


?
Quand on voit comment Bibles, médailles ou chapelets sont considérés comme des protections, des ‘blindages’ ... Ou que les livres de « prières merveilleuses » et « pour les causes désespérées » sont recherchés comme la panacée (magique ?) à tous les problèmes ....


?
Quand on voit tout ce qu’on demande aux prêtres de bénir : bidons ou bassines d’eau, sac de sel, bics, images pieuses ...comme pour leur conférer quelque pouvoir magique ! Ou comme s’il s’agissait d’un transfert des amulettes ou gris gris traditionnels !


Le ‘culte’ aux objets de piété est trop souvent propre aux chrétiens qui demeurent dans l’infantilisme spirituel et l’ignorance de la Bible. Comment s’en étonner, quand on n’a que ça pour appuyer sa foi ? Regardons les ventes à la sortie de nos messes et dans la rue : à part quelques Bibles, nous n’y trouvons aucune nourriture spirituelle sérieuse (littérature de formation), mais seulement le désespérant étalage d’objets manufacturés, que l’on s’empressera de faire bénir (à quelle fin ?). Voilà la ridicule et illusoire « nourriture spirituelle » de tant de baptisés... !

Qu’il nous soit permis encore de déplorer le florissant commerce de tant d’objets de pacotille – pardon ! de piété. Comment cela ne nous ferait-il pas penser aux marchands du temple que Jésus chassa vigoureusement, en disant : « Enlevez cela d’ici. Ne faites de la maison de mon Père une maison de commerce. » (Mt 21, Mc 11, Lc 19, Jn 2).

Plaise à Dieu que de plus en plus de pasteurs sortent leurs ouailles de cet état de bébés spirituels. Faute d'une foi adulte, beaucoup de celles-ci ne progresseront jamais dans leur vie, s'enfonçant au contraire dans les chemins de perdition.

« Mon peuple périt faute de connaissance » (Osée 4.6)

Certains prétendront normale, voire indispensable, cette 'incarnation' de la piété populaire, vu la condition charnelle de l'homme. Force est pourtant de reconnaître que beaucoup de non-catholiques, qui font fi de cette panoplie de symboles, n'en sont pas moins forts dans leur foi !


POUR CONCLURE

Avec nos frères catholiques, n'hésitons pas à purifier l'attachement excessif à tous les objets de piété, qui est peu évangélique. La mentalité magique et fétichiste nous guette toujours, même inconsciemment. Elle nous enferme dans l'illusion et nous rend vulnérable aux croyances païennes. Et quel piteux « témoignage chrétien » !

Certes, nous n'avons pas à condamner les statues et autres objets de piété en soi -- mais seulement à nous garder de toute dépendance à leur égard. Faisons-le d'abord par souci d'une foi vraie et profonde, attachée aux réalités spirituelles. Et aussi dans le souci de ne pas provoquer le scandale ou l'incompréhension autour de nous. Le chrétien doit être un témoin de la vraie foi.

Si nous voulons réagir face à ce que nous pensons être du fétichisme, faisons-le cependant avec délicatesse et patience. Ce n'est pas en critiquant sauvagement certaines traditions religieuses 'catholiques' que nous les corrigerons. Cela risque de provoquer encore et toujours de nouvelles incompréhensions, voire des querelles ou accusations de « sectaire anti-catholique », surtout de la part des personnes ancrées dans leurs traditions. Il s'agit de convaincre! Évitons donc de nous diviser ou de heurter inutilement. Faisons preuve de patience, de douceur, de respect: « Soyez toujours prêts à rendre raison de l'espérance qui est en vous. Mais que ce soit avec douceur et respect.» (1 p 3..15-16; cf. 1 Tim 5.1; 2 Tim 4.1)

Efforçons-nous d'abord de tout recentrer sur le Christ et la Parole de Dieu, afin de sensibiliser les esprits à une foi plus profonde et intelligente.

Mais en cas de fétichisme ou d'idolâtrie manifeste, comment ne pas réagir avec un zèle jaloux pour la vraie foi !? Comme Jésus avec les marchands du temple (Jn 2. 16-17), ou Moïse face au veau d'or (Ex 32. 25-35). Il n'y allèrent pas de main morte pour purifier la maison de Dieu !
 

A ceux qui accusent d'idolâtrie le catholicisme, rappelons la parole de Paul: « Tout est pur pour qui est pur » (Tite 1.15). L'usage des signes -- "saintes images" -- est pur pour qui adore Dieu en esprit et en vérité (Jn 4.23).

Avant de crier à l’idolâtrie, regardons d’abord les fruits évangéliques. Jugeons l’arbre à ses fruits (Lc 6.44). Si la foi en Christ, avec la charité, la paix, et les béatitudes évangéliques, sont bien présentes chez les catholiques, ne les taxons pas trop vite d’idolâtrie – S.V.P !
 

Réfléchissons !

La vraie foi et la vraie doctrine catholiques seraient-elles universellement perverties ? N'y aurait-il donc aucun pasteur catholique ou aucun fidèle suffisamment lucide. droit, «né de nouveau », et animé par l'Esprit Saint, pour dénoncer cette soi-disant idolâtrie ?

Tous les catholiques, clercs ou laïcs, seraient-ils aveugles et ignorants de la Bible au point de sombrer dans la plus vile des hérésies et des idolâtries ?

Seraient-ils tous à ce point stupides ou de mauvaise foi ?

Certes, nous l'avons reconnu ci-dessus : la piété populaire penche trop facilement au fétichisme, à la superstition, ou à la mentalité magique. Nous devons le reconnaître et y remédier. Mais de là à penser sérieusement que tout le catholicisme verse dans l'idolâtrie, c'est faire preuve de peu de réflexion! Et prendre la Bible aveuglément à la lettre !

Cessons de nous diviser sur des "querelles d'images", des querelles finalement très semblables à celle des viandes sacrifiées aux idoles du temps de Paul (cf l Cor 10.23 ss).

Efforçons-nous plutôt de dénoncer davantage les VERITABLES IDOLES, beaucoup plus subtiles et séduisantes que des statues, celles que dénonce vraiment la Parole de Dieu. A savoir :

­ Le SEXE pervers et les plaisirs égoïstes, quand nous en devenons l'esclave ("La convoitise de la chair" (1 jn 2.16).
­ L'ARGENT, quand il devient MAÎTRE ("Mammon" Mt 6.24 : "La convoitise de la richesse").
­ Le POUVOIR et la GLOIRE humaine, ("La convoitise des yeux").
­ Et n'oublions pas les cultes aux esprits, aux ancêtres, aux astres et autres puissances occultes, avec le recours aux grigris et aux pratiques traditionnelles qui contredisent la foi chrétienne (sacrifices, blindages, etc.). L'astrologie, les pratiques divinatoires, l'occultisme, l'ésotérisme ( Rose-Croix, etc;) : toutes ces pratiques sont réellement idolâtriques et en abomination pour l'Eternel (Deut 18.10-12).

Par le Père JB Casterman: - Publié dans : Articles Castermann
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : Le blog de Padre Alfonso
  • Le blog de Padre Alfonso
  • : afrique religion Dieu Divers
  • : Mon blog est un lieu de partage et de discussions dans le cadre des réflexions chrétiennes et de nos convictions, pratiques et théories psychopédagogiques en Afrique aujourd'hui. Le blog est un complément interactif de mon esp@ce sur Homily Service.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus